Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

L Chateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus ! Les couleurs explosent au printemps Avant de déguster, la visite des vignes s Les terrasses de Cassis regardent la mer La montagne Sainte Victoire en été La fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vins La visite de cave reste incontournable Les domaines possèdent des trésors caves Le charme des villages Méditerranéens

27 avril 2016
par Marc Jonas
Commentaires fermés sur 3 vins blanc sudistes et 4 fromages de chèvre

3 vins blanc sudistes et 4 fromages de chèvre

Petit match entre trois grands vignerons blanc sur blanc – trois millésimes différents mais des éthiques vigneronnes très proches dans la recherche de la pureté et du respect environnemental.

Pour le fun, des chèvres bien affinés d’un peu partout en France …

3blancs 300x120 3 vins blanc sudistes et 4 fromages de chèvre

Les Terres Promises – Chaume-Arnaud – Gonon

Millésime 2010 : printemps assez frais, été moins chaud que d’accoutumée, septembre sec

Millésime 2011 : année précoce, un peu de stress hydrique bien que juillet fût assez humide, forts pics de chaleur en août, quelques bonnes pluies en septembre

Millésime 2014 : hiver doux, printemps humide, végétation précoce, été avec une forte alternance chaud/frais – jour/ nuit : année moins puissante plus élégante.

 

Vins dégustés le 23 avril 2016 (ordre de dégustation)

Domaine des Terres Promises – cuvée Analepse 2014 – Vin de Pays Saint Baume – vigneron : Jean Christophe Comor – cépage : 100% Carignan blanc – La Roquebrussanne 400m d’altitude- alcool : 13% – bio – 5 jours de macération pelliculaire. Couleur très dorée et brillante. Nez original de mirabelle, d’anis, de pain, de noix de pécan, de curcuma. La bouche surprend par sa droiture immédiate et sa tension, peu commune en territoire sudiste. Des notes végétales, de houblon, d’amande (fraîche et amère), de fleurs jaune … à l’aération évolue sur des sensations résineuses, de verveine. La bouche est dense avec un certain touché « tannique ». Très belle finition sapide sur de fins amers. Très belle découverte.

Domaine Chaume-Arnaud – Côtes du Rhône Villages AOC – cuvée La Cadène 2010 – vigneron : Philippe Chaume – cépages : 50% Viognier, 50% Marsanne – Vinsobres 400m d’altitude – alcool : 13,5% (Biodynamie depuis 2009). Couleur jaune, intensité moyenne, un peu fluo, brillant. Nez très minéral de silex puis le beurre frais, la paille, la cire d’abeille, la muscade, l’anis se développent lentement mais avec précision. En bouche les saveurs minérales s’expriment de prime abord puis laissent la voie  aux autres déjà citées. Le gras est finement harmonieux et laisse une perception cristalline accompagnée de notes végétales. Finale longue et suave sur l’amande douce. Il peut encore se garder … Excellent !

Domaine Pierre Gonon – Saint Joseph AOC – cuvée les Oliviers 2011 – vigneron : Pierre Gonon – cépages : 80% Marsanne, 20% Roussanne (les grappes exposées au soleil sont cueillies une dizaine de jours avant les autres plus à l’ombre) – Mauves – alcool : 14% (bio depuis 2011). Beau doré, un peu fluo, légèrement opaque. Nez de caramel au lait, de crème de café, de fleurs jaune, d’herbes sèches … les notes lactiques dominent largement. Un jour après des notes de tilleul et de miel. La bouche est grasse, très ample. L’élevage prend le dessus, peut être un peu trop tôt pour goûter ce vin ? Les fuits exotiques, le crayon à papier, le miel s’expriment progressivement, la texture est très agréable, vin très pénétrant, très long … un jour après, de fines notes d’ananas séché, d’abricot accompagnent les autres saveurs : un grand vin !

chevres gonon chaumearanud1 300x200 3 vins blanc sudistes et 4 fromages de chèvre

de G à D Pélardon – Mothais – Couronne – Banon

Fromages de chèvre acheté chez le fromager affineur Vergne

Pélardon fermier des Cévennes : Les trois vins ont correspondu au fromage le plus tendre, mais le carignan de Terres Promises s’est révélé le mieux adapté.

Mothais sur feuille : les trois vins ont bien tenu mais le Chaume-Arnaud s’est particulièrement bien harmonisé avec.

Buchette de Banon : idem, Chaume-Arnaud a résisté en mettant le fromage en valeur, mais les autres ont bien tenu.

Couronne de Betz : Le vin de Gonon a tenu le choc face à ce chèvre cendré un peu plus salé et puissant que les autres, le seul des trois vins qui lui corresponde !

18 avril 2017
par Marc Jonas
Commentaires fermés sur Verticale Lucile Avril : la cuvée Vieilles Vignes du domaine Durieu

Verticale Lucile Avril : la cuvée Vieilles Vignes du domaine Durieu

Six millésimes de la très belle cuvée Lucile Avril : 6 quasi pures vieux grenache du Domaine Durieu à Châteauneuf du Pape.

Les deux frères Vincent & François ont repris les rennes du domaine avec le millésime 2004. Ils signent des vins intenses, denses et parfumés.

2013 eut un printemps et un début d’été plutôt humide, qui suscita pas mal de coulure – 2010 est une année hors norme, très qualitative – 2009 solaire, chaude et sèche – 2008 plus humide (1208,5 mm annuel) &  relativement fraîche (T° moyenne 14,5) fut très déconsidérée en son temps – 2007 l’été fut chaud et très sec (486 mm annuel) ainsi que les vendanges – 2006 a vu un hiver sec, l’été très chaud (T° moyenne 15,3) et venteux, les vendanges furent saines bien que pluvieuses.

Pour découvrir une horizontale Durieu Lucile Avril similaire

lucile 300x169 Verticale Lucile Avril : la cuvée Vieilles Vignes du domaine Durieu

Vins dégustés le 26 février 2017

2013 : Grenache noir : 85%, Mouvèdre : 10%, Syrah : 4%,  Counoise 1%. Intensité colorante assez intense au reflets carmin, le disque est encore bleuté. Nez de cendre froide, d’épices douces, de pimenton espagnol, le vin montre des touches sanguines et fumées, la réglisse … avec un peu de temps les notes florales de pivoine et de giroflée se développent en même temps que la fraise fraîche. La bouche est ample aux tannins assez fins mais un poil anguleux  et métalliques. Cependant l’équilibre est cohérent, belle tenue globale avec une tenue régulière jusqu’à la finale. Les fruits noir & la réglisse prennent le dessus, puis les arômes de garrigue et d’épices qui évoluent sans grande intensité. Pas d’excès de lourdeur, belle finition, sur le raisin sec.

2010 : Grenache noir : 85%, Mouvèdre : 10%, Syrah : 4%,  Counoise 1%. Intensité colorante moyenne aux reflets rubis et quelques légères nuances violacées. Les odeurs de cerise noire confite mélées d’épices douces mènent le jeu, rapidement suivies par des notes minérales telles le graphite & la terre humide…le sanguin, la prune, le fumé aboutissent sur des fragrances balsamiques très nettes. Attaque très nuancée : finesse, puissance, délicatesse ! Le vin a beaucoup de profondeur et de soyeux. Les tannins sont très fins bien que très présents. La suavité et le profil aromatique laissent une sensation de glissant, de suavité. Du fruit noir frais et confit, des épices, la garrigue (laurier, girofle), l’olive noire alliés à la fraîcheur évidente qui font oublier la puissante ontologique des Châteauneuf. Longue finale, remontante sur le raisin sec et la garrigue.

2009 : Grenache noir : 85%, Mouvèdre : 10%, Syrah : 4%,  Counoise 1%. IC moyenne, reflets rubis. Nez de fruits rouge confit de type fraise et framboise et de végétal sec tel le tabac blond et le foin. Des arômes sanguins s’expriment ensuite puis les épices (la girofle). La bouche  est puissante avec beaucoup d’ampleur. Les tannins se manifestent rapidement, encore un peu carrés. Le vin se développe régulièrement, avec une structure alcoolique très perceptible mais pas brûlante. Le registre aromatique exprime le raisin sec, le fumé, la cendre froide, les fruits rouge & noir confits. Légère amertume finale, très long.

2008 : Grenache noir : 85%, Mouvèdre : 10%, Syrah : 4%,  Counoise 1%. Intensité colorante moyenne, plus légère que le 2009, reflets brique. Les senteurs de fumé et de boudin précédent les fruits noir avec une certaine concentration (y aurait-il plus de Syrah ?). Sous-bois et végétal, épice et cerise à l’eau de vie complètent le riche spectre olfactif de ce 2008. La bouche est ronde, fine et suave. Les tannins sont fondus, agréables et féminins. La cerise et les épices accompagnent les saveurs viandées, avec le ciste et une sensation crémeuse presque vanillée (mais il n’y a pas de bois neuf). Belle et longue finale un peu chaleureuse sur la cire d’abeille.

2007 : Grenache noir : 85%, Mouvèdre : 10%, Syrah : 4%,  Counoise 1%. Intensité colorante moyenne, disque qui commence à brunir légèrement. Nez nettement sur la cerise noire et la fraise, le fumé, le sanguin, la réglisse, la suie, la terre mouillée et la garrigue. La sucrosité est immédiatement identifiable dans une attaque ample et puissante. Les tannins sont encore présents sans agression cependant. Les arômes de raisins secs et de  gingembre, de moka, de thé noir. C’est un vin solaire, aux tannins un peu secs mais élégants cependant qui fini sur une longue finale balsamique qui évoque la figue sèche.

2006 : Grenache noir : 85%, Mouvèdre : 10%, Syrah : 4%,  Counoise 1%. Intensité colorante moyenne, rebord un peu brun. Senteurs de feuilles sèches, d’épices douces, sanguine et de cerise à l’eau de vie. A l’aération les épices, la suie, la cerise confite et le jambon sec se combinent avec bonheur. La bouche est puissante. L’attaque un peu moins volumineuse que le 2007 montre des tannins un peu secs qui se lèvent hâtivement. Un peu d’amertume en milieu de bouche, vite enveloppée par des saveurs de noyau de cerise, de tabac, de fruit à l’alcool. Finale un peu chaude, sur le raisin sec, assez longue.

Les deux frères montrent une belle régularité dans leur travail en sélectionnant les meilleures grappes pour cette cuvée Lucile Avril. Les vins sont puissants mais n’excèdent pas dans le penchant naturel du grenache d' »aller sur l’alcool ». Les millésimes dits faibles sortent bien, particulièrement le 2008 qui en son temps fut « massacré », successeur de 2007 solaire et des récoltes moins belles encore dans d’autres régions. 2010 est extraordinaire, il gagne largement ce petit concours !

27 février 2017
par Marc Jonas
Commentaires fermés sur 2009 : un millésime solaire en Méditerranée

2009 : un millésime solaire en Méditerranée

2009 fût un millésime chaud et sec : un GROS millésime ! Une longue canicule et une vendange peu mouillée vont donner le style à cette année solaire … puissance, structure, sucrosité finale semblent caractériser les vins de cette année : quelles sont les nuances entre Syrah, Grenache et Mourvèdre ?

4 2009 300x267 2009 : un millésime solaire en Méditerranée

Vins dégusté le 14 janvier 2017

Domaine Rocalière – vigneronne : Séverinne Lemoine, AOC Lirac – cuvée Perle Noire 2009 – 80% Syrah, 20% Grenache noir, alcool : 14,5% sols de galets roulés & argileux, pas d’élevage, bio.

Intensité colorante forte, nuances encore violette. Nez floral (iris, giroflée) et épicé (poivre, giroflée) qui évoque un sentiment de fraîcheur avec une sensation de propolis. Les senteurs plus lourdes de fruits noirs un peu confits viennent ensuite. La bouche est assez ample, avec une entrée assez droite et franche. Belle texture suave et virile à la fois, aux tannins serrés et toniques. Le gras n’écrase pas l’équilibre qui ressort sur une impression dynamique en dépit de la puissance. Epices, garrigue, fruits noir très mûrs complètent la gamme aromatique dans un style assez pur. Belle finale.

Domaine des Miquettes – vignerons Chrystelle & Paul Estève, AOC Saint Joseph 2009, 100% Syrah, alcool : 14,5%, sud appellation sols de granit à micas noir et gneiss, élevage sur différents contenant vieux, pas de sulfite ni filtrage & collage, bio.

Très sombre IC, un peu violacé. Nez très séduisant pure, épices et fruits noir, précis et fin. Attaque charmeuse, sapide et gourmande. Les tannins sont encore jeunes mais ne montrent pas d’agressivité. Une belle sensation de fraîcheur tient tout le long de la bouche. Poivre blanc, suie, cassis, framboise confite composent la trame du spectre aromatique. Belle longueur.

Domaine de l’Hermitage – vigneron : Gérard Durfort , AOC Bandol 2009, 80% Mourvèdre, 20% Grenache noir, alcool : 14,5%, sols argilo-calcaire, élevage foudre 18 mois.

Intensité colorante moyenne, légèrement orangé. Nez complexe d’écorce d’orange, de cuir, de noyau de cerise, de coing confit. L’attaque est fine et souple avec un certain moelleux. Les tannins très serrés structurent ce beau vin et laisse une trace longtemps après…Le style charmeur et un peu rustique reprend les arômes cités au nez. Belle finition.

Domaine de Nalys – vigneronne : Isabelle Ogier, cuvée Les Châtaignier 2009, AOC Châteauneuf du Pape, alcool : 15%, 96% Grenache noir, 4% vieux Mourvèdre du lieu-dit Grand Pierre aux sols sablonneux, 20 mois d’élevage en 1/2 muids, culture raisonnée.

Intensité colorante moyenne, légèrement brunissant. Nez un peu animal et timide de prime abord. Une heure plus tard, la cerise confite, la cannelle, le fumé, le sanguin s’expriment avec une sensation végétale agréable. La bouche est puissante et onctueuse laissant cependant une sensation de sec. Les fruits rouge confit, le tabac, les épices, le thé, le caramel, la réglisse, l’orangette montrent toute la complexité aromatique de ce Châteauneuf du Pape. Finale un peu chaude sur le raisin sec.

 

Pour conclure : trouver la finesse et la légèreté sur de telle année de chaleur reste du domaine du défi. La sûrmaturité et la sécheresse des tannins sont les dangers à éviter, la sensation brûlante peut marquer les vins. L’équilibre du vin comme toujours défini le vigneron dans son art de comprendre un millésime : goûter reste encore la meilleure façon de vérifier.

 

7 décembre 2016
par Marc Jonas
Commentaires fermés sur Top 100 du Wine Spectator 2016 (vins du Sud uniquement)

Top 100 du Wine Spectator 2016 (vins du Sud uniquement)

n°43  Domaine Saint Cosme – Côtes du Rhône 2015 – 91 points

n°51  Maison Chapoutier Côtes du Roussillon-Villages Les Vignes de Bila-Haut 2014 – 90 points

n°55  Gérard Bertrand Grenache-Syrah-Mourvèdre Corbières 2014  – 90 points

n°57  Cave de Roquebrun St.-Chinian-Roquebrun La Grange des Combes 2015 – 91 points

n°87  A. Clape Cornas 2013 – 96 points

n°90  Domaines Bunan Bandol Rosé Moulin des Costes 2015  – 91 points

Lire plus

24 novembre 2016
par Marc Jonas
Commentaires fermés sur Mini verticale : 4 Châteauneuf du Pape 2006

Mini verticale : 4 Châteauneuf du Pape 2006

2006 est un millésime solaire et sec (même quantité de jours ensoleillés que 2007 mais  2006 eu 54 jours à plus de 30°C, 2007 seulement 34).

L’hiver a été froid et sec, le printemps fut sec également, ce qui a permis une belle floraison ; assez venté. Les 233 mm de précipitation en septembre n’a pas gêné les vignerons qui se sont risqués d’attendre la parfaite maturité des cépages tardifs.

20161117 180644 300x169 Mini verticale : 4 Châteauneuf du Pape 2006

Du fait de la sur-notoriété des millésimes 2005 & 2007, 2006 est malheureusement passé en retrait, mais cela reste une année de très haut standard, proposant des vins très fins avec une belle complexité.

 

Vins dégustés le 19 novembre 2016

Domaine Roger Sabon – Châteauneuf du Pape AOC cuvée Prestige 2006 – Vigneron : Jean Jacques & Denis Sabon – cépages : Grenache noir : 60%, Syrah : 20%, Mourvèdre : 10%, Cinsault + Terret noir + Counoise + Vaccarèse + Muscardin : 15% – Elevage : 12 à 16 mois dont 65% en foudres 35% barriques neuves – alcool : 15% – La robe est sombre, rouge sans trop montrer d’évolution. Les fruits noir assez confits dominent les senteurs de cendre, de prune à l’eau de vie, de garrigue et de poivre. La bouche est ronde et puissante, les tannins très serrés, grenus et fins se révèlent rapidement en se combinant parfaitement avec le volume de l’alcool. L’élevage laisse une empreinte vanillée gourmande qui associée avec les arômes balsamiques et de poivre blanc excitent le confit des figues et du raisin qui marque la fin de la dégustation. Très beau vin. Finale un peu chaude et crémeuse.

20161120 125659 e1479643597696 169x300 Mini verticale : 4 Châteauneuf du Pape 2006

Château Vaudieu – Châteauneuf du Pape AOC 2006 – Vigneron : Laurent Bréchet – cépages : Grenache noir : 80%, Syrah : 15%, Mourvèdre : 5% – Elevage : 18 mois barriques neuves  et demi-muids – alcool : 14,5% – Intesité colorante encore forte, disque brique. Au nez, les fruits noir confits et les épices s’expriment prioritairement pour évoluer sur des notes de suie et d’élevage. Attaque ronde, les tannins sont assez suaves, fins et féminins. Le vin est très charnu, gourmand bien que puissant. Des arômes sanguins accompagnent la réglisse, le fruit noir confit et les épices. Les saveurs complémentaires balancent entre la pâte de fruit groseille et le tabac brun. Finale chaude et épicée, vanillée. Belle longueur.

 

Domaine Mont Thabor – Châteauneuf du Pape AOC 2006 – Vigneron : Daniel Stehelin – cépages : Grenache noir : 70%, Syrah : 25%, Mourvèdre + Cinsault 5% – Elevage : 12 à 16 mois dont 70% barriques & 30% en cuves béton – récolte non égrappée – alcool : 14,5% – Intensité colorante moyenne, disque rouge tirant sur le brun. Nez végétal et de prune mûre, de fruit à noyau et d’épices franchement marqués. A l’évolution des nuances de pâte de fruit de groseille et de mûre, de cannelle…de fraîcheur. Attaque ronde et assez tannique montrant un style un peu viril mais séducteur. Le corps du vin se déploie harmonieusement sans la sensation de lourdeur que l’on peu avoir avec certains vins sud Rhodanniens. Le Laurier, l’encens, la terre humide, le tabac, accompagnent le fruits noir et le fumé. Belle finale mentholée, longue et aérienne.

20161119 133219 e1479644092402 169x300 Mini verticale : 4 Châteauneuf du Pape 2006

Domaine la Barroche – Châteauneuf du Pape AOC cuvée Terroir 2006- Vigneron : Julien Barrot – cépages : Grenache noir : 95%, Mourvèdre + Cinsault + Syrah : 5% – Elevage : 18 mois en foudres – alcool : 15% – Intensité colorante assez forte, disque rubis brunissant.  Nez très élégant de fruits noirs, de garrigue, de raisin sec, de tabac, de pruneau, de Cognac. La bouche est ample et suave. Les tannins sont denses et très fins en parfaite cohésion avec la chaîne acide/alcool. Cela donne une sensation de rondeur qui évolue jusqu’à la toute fin. Arômes de cerise noire confite, de fleurs séchées, de sous-bois, un peu sanguin…à l’évolution viennent les sensation d’écorce d’orange, de pruneau, de réglisse et d’épice. Finale un peu chaude sur une sensation de sucrosité…très très beau !

Conclusion : Cette dégustation embrasse les principaux styles que l’on retrouve à Châteauneuf du Pape : non éraflé, non sûr murit, pas de bois neuf avec le domaine Mont Thabor, un style plus international avec les Château Vaudieu & domaine Roger Sabon avec une belle maturité et un élévage plus marqué, la nouvelle tendance Châteauneuvoise un quasi pur Grenache noir avec le domaine la Barroche.

Quel est le meilleur ? Une question de préférence et de style…de gastronomie car ces vins offrant des spectres sensoriels bien différents ouvrent une large gamme d’association mets & vins ! Un signe qui ne trompe pas, la bouteille du Mont Thabor fut la première à être vidée…suivie par la Barroche.

brochette3viandes 300x172 Mini verticale : 4 Châteauneuf du Pape 2006

Brochette 3 : boeuf – agneau – canard

Association mets & vins : Manger et jouer, on ne peux faire mieux ! Quelle meilleure association vin / viande : sur les quatre convives aucun choix n’a dominé réellement, les multiples possibilités nous ont perdu dans joyeux brouhaha gastronomique…seul nous reste le plaisir du partage…à refaire plus sérieusement !

9 novembre 2016
par Marc Jonas
Commentaires fermés sur 2007 : Gigondas versus Sablet

2007 : Gigondas versus Sablet

La vallée du Rhône sud regorge de nombreux domaines talentueux situés dans une mosaïque de sols et de micro-climats…un paradis pour les vignerons-artisans qui rêvent de faire de grands vins !

Au menu le millésime 2007 – Ce millésime reste dans la mémoire sud rhodanienne comme le modèle d’une année solaire donnant des vins concentrés et puissants.

Deux terroirs provenant d’une même région : les Dentelles de Montmirail

Le Sablet, petite appellation au pied des Dentelles, se caractérise comme sont nom l’indique d’un sol majoritairement sablonneux, profonds qui favorise un profond enracinement et ainsi une meilleure résistance à la sécheresse.

Le Gigondas du Château Redortier provient des sommets, sur les pentes élevées de Romane aux sols de marnes allant au-delà des 400m d’altitude. Les maturités sont plus lentes à venir, les vendanges commencent deux semaines après le vignoble de « plaine ».

Les deux domaines ont pour points communs leur exigence de qualité, leur respect de ce que la nature peut apporter et le soucis de préserver l’environnement.

20161007 193120 300x169 2007 : Gigondas versus Sablet

Vins dégustés le 8 octobre 2016

Château Redortier – Gigondas AOC 2007 – Vigneronnes : Isabelle & Sabine de Menthon – Cépages : 60% Grenache noir, 40% Syrah – alcool : 14,5%

Belle couleur sombre, pas de trace d’évolution trop marquée, disque carmin. Nez très épicé (poivre blanc) et balsamique (Cointreau, Garrigue…) floral et de fruit (cerise noire). La bouche est très souple et assez suave sans montrer un gramme de lourdeur. Très belle sensation de fluidité et de tension. Le vin montre une structure très cohérente aux tannins très caressants et minéraux et fini sur une finale tonique et fraîche. Très charmeur par son toucher, les arômes évoquent les petits fruits noir bien (jus de cerise) et de fraise mûre. La complexité vient du style épicé/balsamique qui laisse une sensation enthousiasmante.

 

Domaine de Piaugier – Sablet Côtes du Rhône Villages – cuvées les Briguières 2007 – Vigneron : Marc Autran – Cépages : 80% Grenache noir, 20% Mourvèdre

Intensité colorante forte,  nuance rouge brique. Très belles senteurs épicées et de santal, d’orangette puis de fruits noir le tout englobées dans une touche boisée très agréable. La bouche est assez puissante et donne une impression d’une certaine densité. Les tannins sont perceptibles, au grain serré et velouté qui libère une sensation gourmande. Le registre aromatique entre fruit noir (un peu confit) et épice est souligné par des notes vanillées et crémeuses et prolongé par des saveurs acidulées de prune et de noyau. Belle longueur et belle tenue pour un vin de très beau niveau : un plaisir !