Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Collioure et Banyuls

| 0 Commentaires

L’aire d’appellation est la même pour Collioure AOC, Banyuls AOC et Banyuls Grand Cru AOC, sur 4 communes du nord au sud : Collioure, Port-Vendres, Banyuls et Cerbère.

Les sols :

La montagne tombe brusquement dans la mer par une côte particulièrement découpée et au relief tourmenté : le vignoble est  sur des schistes, micaschistes et gneiss à chlorite.
Sur ce terroir aride et peu fertile, les pentes sont vertigineuses, il est parfois nécessaire d’utiliser le mulet ou le téléphérique pour amener la récolte.

Sur ces schistes cambriens où le sol est très érodé, il ne reste en surface que de 20 à 50 cm d’épaisseur de sol (des  argiles sableuses de décomposition), directement sur la roche mère.

Pour survivre, les racines doivent plonger profondément pour résister aux sécheresses. L’érosion est un soucis permanente : les « peus de gal » (fossés qui canalisent le ruissellement) « agulles » (canaux) et les terrasses sont essentielles pour conserver le sol.
La lutte contre l’érosion est une réalité, sécheresse et  pluie diluvienne amplifient l’effet de pente, il n’est pas rare de voir, dans ces vignes, les vignerons remonter leur sol en haut des terrasses.

Le climat :
Les étés sont très sec, les hivers également, alternent avec des débuts printemps pluvieux et des orages violents en automne (600 mm de pluie de mars à septembre).

L’ensoleillement est l’un des plus fort de France avec  plus de 2 500h d’insolation par an.
La moyenne des températures dans l’année est d’environ de 16 °C, avec des hivers doux et des étés chauds.

Les vents sont ici très importants : la Tramontane, très fréquente, amplifie l’évaporation de l’eau du sol : les maladies phytosanitaires sont donc moins marquées ; le Marin, avec ses embruns humides aide les vignes à résister aux sécheresses.

AOC Collioure

AOC en 1971 pour les rouges.
AOC en 1991 pour les rosés.
AOC en  2003 pour les blancs.

Uniquement environ 597 ha sont consacrés à l’élaboration des vins rouges, rosés et blancs.

Les Collioure blancs sont marqués par une forte proportion des Grenaches blanc et gris qui doivent entrer pour 70% au moins de l’encépagement.  5 cépages autres admis :

  • Le Tourbat (Malvoisie du Roussillon).
  • Le Macabeu.
  • La Marsanne.
  • La Roussanne.
  • Le Vermentino (Rolle).

Les Collioure rouges et les rosés sont dominés par le Grenache noir.
La Syrah et le Mourvèdre, cépages plus récent, doivent entrer à plus de 60 % de l’encépagement.
Autres cépages : le Carignan noir et le Cinsault pour les vins rouges, le Grenache gris 30 % maximum, pour les vins rosés.

Les rosés sont fermentés à basse température par saignée ou par pressurage direct.
Les Collioure rouges sont souvent élevés en foudres ou en barriques, ils ne sont commercialisés qu’ à partir du 1er juillet suivant la vendange.
Le rendement est limité à 40 hl/ha.

Les Collioure sont caractéristiques pour leur minéralité et la puissance du fruit, la richesse de la structure, ample et grasse et la finesse des tanins.

LES BANYULS

AOC Banyuls en 1936.
AOC Banyuls Grand Cru en 1962.

La surface d’appellation est  de 1 173 ha en terrasses.

Les vins sont vinifiés en pressurage direct ou par macération, puis sont élevés en bonbonnes de verre, en bouteilles, en foudres, ou en demi-muids.

Ils vont mûrir lentement pour obtenir de chaudes couleurs et des arômes très complexes soit en vins secs, demi-doux ou doux.
Le goût de «rancio», ne se développent qu’au terme d’un long vieillissement en milieu oxydatif.

  • Banyuls Blanc : couleur jaune paille et brillante, aux notes florales, d’agrumes et de fruits blancs.
  • Banyuls :  production traditionnelle, les vins sont tuilés et élevés en milieu oxydatif.

Cépages principaux : Grenache noir avec 50% minimum, Grenache gris et blanc, Macabeu, Malvoisie, autres cépages : Carignan, Cinsault, Syrah
Rendement : 30 hl/ha maximum.
Mutage : à l’alcool vinique neutre : 10 % du volume du moût maximum.
Elevage : Minimum 10 mois.

  • Banyuls «Rimage» sont des vins de longue macération, mutés sur grains, ils sont mis en bouteille rapidement, 6 à 12 mois suivant la récolte pour garder fruit, puissance  et fraîcheur.
  • Banyuls «Rimage» Mise Tardive : idem que le précédent, plus un élevage de un à trois ans en foudres ou barriques ouillées pour assouplir les tanins et obtenir des arômes plus complexes.

Banyuls Grand Cru

Les vins doivent être issu de 75 % de Grenache noir au minimum, Grenache gris et blanc, Macabeu, Malvoisie, autres cépages : Carignan, Cinsault, Syrah
Rendement : Limité à 30 hl/ha.
Mutage : à l’alcool vinique neutre : 10 % du volume du moût maximum.
Elevage : Minimum 30 mois.

Les vins proviennent des meilleures cuvées et des meilleurs millésimes, ils sont vinifiés avec de longues macérations puis mutage sur grains.

Ils sont beaucoup plus concentrés et délivrent des arômes de fruits cuits, de torréfaction, d’épices, de tabac et de moka. Vins de très grande garde.

Laisser un commentaire