Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Limoux

| 0 Commentaires

Du nom de la petite ville sur l’Aude, l’appellation est à 25 km l’ouest de Carcassonne, entre Pyrénées et Lauragais, l’aire d’appellation s’étend sur 41 communes.

Les sols :
Les versants sud des coteaux sont réservés aux vignes de terres argilo-calcaires légères et caillouteuses sur 1 800 ha en cultures. La situation est une combinaison exceptionnelle de relief, de natures géologiques et d’influences climatiques :  au sud le piémont Pyrénen, à l’est les Hautes Corbières, les excès de chaleur méditerranéens sont atténués par le climat montagnard du sud et humide de l’ouest.
C’est le pays où les cépages du « Nord » et ceux du « sud » trouvent leur point de rencontre.

Le climat :
La zone d’appellation est entourée de massifs sur trois côtés qui limitent les influences nordiques : le climat  est original entre influences de l’océan et de la Méditerranée. On en a déduit 4 variables de terroirs :

  • Terroir d’Autan (autour de Limoux): Limoux, Vendémies, Cournanel, Magrie, Toureilles, La Digne d’Aval.

Altitude de 150 à 200m, précipitations moyennes autour de 570mm/an, fermé aux influences de l’ouest (humidité) : climat chaud et sec, maturités précoces.
Les sols sont de graves sur roche mère calcaire, sous forme de croupes pentues : milieu sec à faible réserve hydrique, les sols sont peu profonds. Cépages du « sud ».

  • Terroir Méditerranéen (au nord-est de Limoux) : Cépie, Pieusse, Rouffiac, Pomas, St Hilaire, Ladern sur Lauquet, Vilar St Anselme, Villebazy.

Altitude de 100 à 200m, précipitations moyennes autour de 650mm/an, couvert de végétation méditerranéenne. Protégé des vents d’ouest, sur l’influences des vents Marins du sud-ouest, le plus précoce.
Les sols sont de graves sur marne argilo-calcaire, molasses argilo-limoneuses sur croupe et versants, sol bien drainants. Cépages du « sud ».

  • Terroir Océanique (à l’ouest de Limoux) : St Couat, Castelreng, La Digne d’Amont, Ajac, Malras, Gaja et Villedieu, Pauligne, Loupia, Villelongue d’Aude.

Altitude de 200 à 300m, précipitations moyennes autour de 780mm/an, ouvert aux influences de l’ouest (humidité) : disparition du kermès et de l’olivier, maturités tardives (15jours après le terroir d’Autan).
Sols de graves sur roche mer de Grès du lutécien, replat ou bas de versant, les drainages sont bons, les sols profonds et les réserves hydriques importantes. Cépages du « nord».

  • Terroir de la Haute Vallée (au sud de Limoux) : St Polycarpe, Alet les Bains, Roquetaillade, Bouriège, Festes St André, Conilhac de la Montagne, La Serpent, Antugnac, Fa, Montazels, Espéraza, Campagne sur Aude,  Couiza, Luc sur Aude, Coustaussa, Cassaignes, Peyrolles, Serres.

Altitude supérieure à 300m, précipitations moyennes autour de 750mm/an, les printemps sont tardifs et les automnes frais, les maturités sont tardives.  Les sols sont argiles rouges sur cailloutis calcaires, à mi-versants avec un bon drainage et peu de réserves hydriques. Les rendements ont tendance à être naturellement plus bas. Cépages du « nord».

  • Blanquette Méthode Ancestrale AOC en1938

Blanquette Méthode Ancestrale : 100 % Mauzac.
Rendement  : 40 hl/ha –  production : 4 000 hl.
vinification : fermentation entièrement naturelle, mise en bouteille à la vieille lune de mars, moins de 7° d’alcool acquis.
Le terme blanquette provient du léger duvet blanc que l’on trouve sur les feuilles du Mauzac.
Jaune doré, nez d’agrumes et fruits exotiques, bouche fraîche, mousse onctueuse, léger en alcool, légèrement doux.

  • Blanquette de Limoux AOC en 1938

Blanquette : Mauzac 90 % minimum, Chenin et Chardonnay.
Rendement  : 40 hi/ha  – production : 40 000 hl.
vinification : après une première fermentation et l’obtention des vins de base de chaque cépage, on procède à l’assemblage et on ajoute une liqueur de tirage qui provoque une seconde fermentation celle-ci en bouteille.
Le vin “prend mousse”. Après 9 mois de repos, à l’élimination du dépôt qui subsiste, on ajoute la liqueur d’expédition qui donne le caractère brut ou demi-sec.
La bouteille est ensuite bouchée d’un liège définitif.
Jaune pâle, nez de fruits frais pomme et poire, silex, mousse douce, fraîcheur tonique.

  • Crémant de Limoux AOC en 1990

Crémant : Chardonnay 40% minimum, Chenin 20 % minimum pour un total Chardonnay et Chenin 90% au maximum. Autres cépages : Mauzac et Pinot Noir pour 20% au maximum.
Rendement  : 40 hl/ha – production : 30 000 hl.
vinification : pour le Crémant, idem que pour la Blanquette avec 12 mois de repos minimum sur “lattes” et commercialisation 15 mois après mise en bouteille.
Jaune doré, nez de fruits blancs et pomme, fleurs blanches, mousse onctueuse, fraîcheur minérale.

  • Limoux blanc (vin tranquille) AOC en 1993

Limoux blanc (vin tranquille) : Mauzac minimum 15 %, Chardonnay et Chenin.
vinification : vinification et élevage en fût de chêne.
production : 5 000 hl.

  • Limoux rouge (vin tranquille) AOC en 2004

Limoux rouge (vin tranquille) : Merlot 50% minimum, Cot (Malbec), Syrah et Grenache 30% au minimum, Carignan 10% au maximum.
vinification : vinification classique longue.
production : 2800 hl.

Laisser un commentaire