Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

L Chateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus ! Les couleurs explosent au printemps Avant de déguster, la visite des vignes s Les terrasses de Cassis regardent la mer La montagne Sainte Victoire en été La fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vins La visite de cave reste incontournable Les domaines possèdent des trésors caves Le charme des villages Méditerranéens

Condrieu 2005 de Gérin et quenelles de brochet

Condricondrieu1 200x300 Condrieu 2005 de Gérin et quenelles de brocheteu 2005 cuvée La Loye de Jean Michel Gérin.

Dégusté le 26 septembre 2009 Alcool 13,5% – 100% viognier. La couleur est d’un beau doré, intense et lumineuse, très brillante. Le nez est beurré au premier coup, les senteurs florales arrivent ensuite, dans un complexe de fragrances lourdes et aériennes. Une senteur nette de fleur blanche sucrée comme le jasmin, puis viennent les fruits jaunes. La richescondrieu 287x300 Condrieu 2005 de Gérin et quenelles de brochetse olfactive continue avec des nuances de pâte de fruit, l’arachide, avec une impression minérale. L’attaque est suave, presque visqueuse sans lourdeur aucune. Les arômes assez expansifs se développent en procession. Une touche « verte » rafraîchissante type verveine ou d’herbe mouillée se manifeste furtivement. La minéralité crayeuse s’exprime en fin de bouche avec un goût plus lourd de fruits jaune. La finale est longue et juteuse sur le beurre de cacao, l’acidité assez modeste continue de façon longiligne après l’évanouissement des  arômes.

Les quencondrieu3 200x300 Condrieu 2005 de Gérin et quenelles de brochetelles de brochet ont une saveur fine et mesurée, ce met est intéressant pour sa texture un peu spongieuse. L’accompagnement de sauce blanche s’harmonise parfaitement avec l’ensemble en apportant du liant et de la volupté. Une spécialité rhodanienne sur un vin du Rhône : un grand classique ! Ce Condrieu appelle les plats aux saveurs pas trop explosives, la puissance du vin par, sa minéralité, son titre alcoolique et ses arômes ont dominé l’ensemble sans l’écraser. La richesse du plat et celle du vin se sont combinées sans être excessives. Une très bonne association !

Fromages de chêvre et Condrieu : Le Charolais, mi-frais aux saveurs douces a fait ressortir l’aspect minéral et floral du vin, la structure moelleuse du vin a enrobé à merveille le grain un peu crayeux du fromage. Mais c’est sur le Rigotte mi-sec que le vin le plus ébloui : le fromage déjà un peu fort et le vin se sont harmonisés parfaitcondrieu2 300x200 Condrieu 2005 de Gérin et quenelles de brochetement en donnant des saveurs de noisette ; sur le même Rigotte très vieux, donc très fort, la puissance de ce dernier rendait le vin un peu anguleux, le vin par son gras et sa minéralité a résisté mais le  chêvre a eu le dernier mot en laissant un goût un peu amer.

Un Condrieu de plus de 4 ans quand il provient d’un bon vigneron donne tout son potentiel après quelques années de garde, il n’a rien perdu de son intensité, et a même étonné par sa jeunesse et son potentiel.

Commentaires Clos.

Email
Print