Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

L Chateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus ! Les couleurs explosent au printemps Avant de déguster, la visite des vignes s Les terrasses de Cassis regardent la mer La montagne Sainte Victoire en été La fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vins La visite de cave reste incontournable Les domaines possèdent des trésors caves Le charme des villages Méditerranéens

Le millésime 2010

alpilles vendanges1 300x202 Le millésime 2010Le millésime 2010 est en gestations et déjà les vignerons ont une bonne idée d’ensemble du potentiel des vins qui en résulte. Globalement après un hivers froid et humide qui a fait le plein des réserves hydriques, un beau printemps, plus frais et plus tardif qu’à l’accoutumée, un été moins chaud qu’habituellement et un mois de septembre sec, le climat laisse des conditions avantageuses pour la production de vins de qualité ! Un bémol cependant, vent et fraîcheur pendant la floraison des grenaches ont provoqué une coulure importante sur ce cépage « coulard ».

Vallée du Rhône

vendanges main 275x300 Le millésime 2010En Côtes du Rhône Villages, le domaine Saladin, à l’extrème nord des CdR méridionales : Marie-Laurence Saladin précise qu’il a fallu se montrer « patient et joueur à la fois ». Carignan, Syrah et Cinsault sont superbes. Ici pas de perte de rendements étant donné leur production habituelle à 30hl/ha, les sols profonds ont maintenu une alimentation hydrique suffisante tout au long du cycle pédologique. La vigneronne précise que déjà les cuvées montrent « un parfum envoûtant, une matière soyeuse, des couleurs d’encre, de beaux équilibres… »

Dans les Dentelles de Montmirail, le domaine de Montirius en Gigondas et Vacqueyras, Christine et Eric Saurel insiste sur la qualité sanitaire de la récolte. Chez eux, pas de coulure sur les grenaches, peut-être est-ce l’effet de leur travail en bio-dynamie ? Des « jolies pluies » une semaine avant la récolte et le « mariage soleil/Mistral » ont procuré des conditions idéales de maturités. La récolte s’est étalée du 10 au 30 septembre. Cette année les écarts de températures jour/nuit ont été marqués, donnant les moyens requis « pour dévoiler les sels minéraux contenus dans les raisins… » Fraîcheur et intensité aromatique, densité colorante et élégance des tannins semblent être ici aussi les qualificatifs pour cette année 2010 pleine de promesses !

feuilles vendanges 300x300 Le millésime 2010Toujours dans les Dentelles, le Domaine du Bosquet à Gigondas relate les mêmes impressions. Julien Bréchet précise que ce millésime 2010 semble présenter les caractéristiques d’une année classique : un vrai hiver avec de la neige, printemps pluvieux, été tardif. La floraison n’a pas été si mauvaise en altitude, plus délicate en plaine engendrant des rendements hétérogènes. L’été court, tardif, assez frais avec des pointes de chaleur a abouti sur des vendanges retardées, très saines et très mûres : les syrah ont été récoltées assez tôt, les grenaches (effeuillage à 100%) assez tard (fin des vendanges le 9 octobre)! Très beaux tannins, acidité à la hauteur pour les équilibres, couleurs noires : « millésime de réussite ! »

Pour le domaine de Longue-Toque à Gigondas, Jérôme Maillot nous dit que bien que retardées de 10 à 15 jours, les vendanges ont été plus compactes (du 14 au 24 septembre). Les grenaches sont superbes, les syrah également et n’ont pas eu de blocages de maturité du au stress hydrique. Cependant, du fait de la coulure sur les grenaches les assemblages finaux pourraient être plus sur lagrenache vendanges 203x300 Le millésime 2010 syrah ; à suivre… Le millésime 2010 dit-il est typé 2005.

Mêmes observations au domaine de la Rocalière à Tavel, où Séverine Lemoine nous informe que les volumes ont chuté de 25% pour cause de coulure sur grenaches (qui représentent 60% du vignoble). Les petites pluies d’août ont permis de lutter contre le stress. Aucune pourriture, les pluies du 7 et 8 septembre n’ont rien endommagé. Les rosés et les blancs sont très aromatiques et plus frais que les autres années. Sur Lirac, les grappesétaient lâches, les baies petites, les peaux épaisses ce qui a résulté en une très forte concentration.

A Châteauneuf du Pape, Christian Vœux, directeur et œnologue du Château la Nerthe raconte qu’il s’agit d’ « un des plus beau millésime qu’il a eu l’occasion de rencontrer dans sa longue carrière ».Cela semble être du à l’alternance de fraîcheur et de chaleur au printemps puis en été (journées chaudes et nuits fraîches) d’où la forte synthétisation des polyphénols (pellicules épaisses) et arômes. Comme partout : retard à toutes les étapes et état sanitaire parfait. Cela a produit des blancs frais et aromatiques, des rouges riches, sombres et structurés, très sur le fruit et finesse de tannins. Il conclue en disant que les 10 jours de retard (par rapport à 2009 très précoce) sont à relativiser, 2010 serait tout de même une année précoce en comparaison des millésimes d’il y a plus de 20 ans !

chatoneuf vendanges 300x156 Le millésime 2010Vincent Durieu patron du domaine Durieu à Châteauneuf du Pape raconte les mêmes faits, coulures sur grenaches (mais moins sur l’appellation Plan de Dieu) couleurs intenses, faibles rendements…mais reste surpris par l’état sanitaire global, « jamais il n’a vu des volatiles (0,12) sur les rouges aussi basses ». « Très beaux équilibres, nous dit-il, mais les acidités sont préservées ! »

Au domaine de La Barroche toujours à Châteauneuf du Pape, Julien Barrot est enthousiaste : « la meilleure qualité depuis 2005 ! ».La floraison longue, surtout chez les grenaches, a baissé les rendements (moins 30%) en produisant des grappes lâches et bien aérées. Les vendanges se sont étalées du 16 septembre au 4 octobre. La météo clémente pendant les vendanges a laissé au vigneron, le luxe de prendre son temps. Le résultat, même les rafles et les pépins sont mûrs : toutes les raisons d’être optimiste !

Provence

Stéphane Bourret régisseur au Domaine Bastide Blanche à Bandol considère ce millésime sur la côte alpilles vendanges 300x147 Le millésime 2010varoise comme « classique » d’un point de vue climatologique : pas de stress hydrique en été, légèrement plus frais donc plus tardif sur les véraisons et maturités. Les pluies de juin ont, cependant, provoqué quelques apparitions de mildiou sur les grenaches. Les débuts de vendanges traditionnels ont été retrouvés : le 7 septembre (soit avec plus de 10 jours par rapport aux années précédentes très précoces). L’état de maturité est très bon, avec un étalement normal (Grenaches puis Cinsault puis Mourvèdres) des dates de maturité, contrairement à il y a quelques années où tous les cépages étaient ramassés en même temps. La fraîcheur aromatique va caractériser ce millésime, avec de très belles acidités sur les blancs et les rosés, et de beaux degrés sur les rouges.

Conclusions très proches au Domaine Milan en Coteaux des Baux, où Henri Milan regrette la coulure des Grenaches mais cela n’a pas trop affecté les volumes globaux, il faut dire que dans cette cave les rendements sont toujours très faibles. Les grosses pluies de septembre n’ont pas touché la qualité qui est exceptionnelle, les vendanges ont été retardées de 10 jours environ. Très beau potentiel qualitatif !

Roussillon

Simon Dauré des Clos de Paulille considère le millésime 2010 comme une bonne année. Le prvendanges mout 300x154 Le millésime 2010intemps a été bien arrosé, on déplore cependant de sérieux dégâts causés par de gros coups de vent.

L’été fut assez sec ; une petite pluie en milieu de vendanges a permis aux maturités de bien se dérouler. La récolte est toute petite en volume, certains cépages comme le Grenache noir ont coulé : les rendements sont a peine supérieurs à 20hl/ha mais la vendange était très saine. Les vins présentent des robes profondes avec un style capiteux : ce sera un millésime rare et de grande qualité !

Commentaires Clos.

Email
Print