Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Domaine Saint Ser blanc 2008 et pissaladière

Les terroirs du sud n’ont pas réputation d’engendrer de bons vins blancs. Les terroirs chauds, il est vrai sont plus délicats pour trouver des équilibres frais, mais il faut chercher… Les terroirs plus frais (exposés aux vents, d’altitude, de sol argileux ou marneux…) , les « bons » vignerons, peuvent apporter ces équilibres tant recherchés chez nous. Les millésimes plus « mouillés » donc moins chaud, sont aussi une opportunité pour trouver des blancs plus ambitieux.

Saint Ser combine quelques de ces caractéristiques pédologiques : sol argilo-calcaire, terroir soumis au Mistral, altitude avoisinant les 300 m. 2008 fut plus humide et surtout moins chaud qu’à l’accoutumée, produisant naturellement des vins moins puissants et plus frais.

Domaine de Saint Ser – cuvée tradition 2008 – Côte de Provence – blanc Dégusté le 25 janvier 2011 – vigneronne : Jacqueline Guichot – cépage :  100% : Rolle (Vermentino) – Alcool : 13%. La robe est jaune très pâle, limpide et très brillante. Le nez est frais avec de belles notes d’agrumes suivies de nuances florales comme les fleurs d’accacia et d’amandier, sensation minérale de pierre mouillée. La bouche est fine, très fluide avec une première impression agréable de cire d’abeille. Le corps ne manque pas de suavité mais il surprend par sa droiture, entre acidité et minéralité : un grain très perceptible donne une jolie bouche avec un équilibre assez strict. Les notes miellées dues à la surmaturité laissent place aux arômes d’agrume et d’amande fraîche. Finale un peu iodée, longue et pure.

Associer un vin sur une pissaladière, sans être d’une difficulté suprême, implique le respect de certaines règles : le salé et l’iodé des anchois risque de faire violence au vin, l’onctuosité des oignons compotés peut écraser le vin, l’amer insistant des olives noires sont aussi un élément de concurrence. Il faut donc un vin assez rond pour s’associer avec le sucré des oignons, mais dont la minéralité et l’acidité puissent rivaliser avec le salé des olives et anchois.

Souvent les vins régionaux s’associent avec les recettes du même pays, la règle s’applique ici ! Le registre aromatique fusionne avec le moelleux des oignons, le minéral/agrume résiste aux anchois sans se transformer en notes métalliques, la bouche fluide à la finale un peu iodée n’est pas heurtée par l’âcreté des olive. Un bon mariage, élégant où le vin « résiste » allégrement.

Les petits rougets en friture sur leur toast ne posent pas de difficultés majeures. Le grillé du pain, le fruité de l’huile d’olive et surtout ce goût insurpassable de la friture forment un complexe aromatique riche mais harmonieux. Notre Saint Ser, franc et délicat entre en fusion par ses notes miellées, d’amande douce et d’agrumes, en ravivant la bouche sur la finale : un classique !

Commentaires Clos.