Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

L Chateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus ! Les couleurs explosent au printemps Avant de déguster, la visite des vignes s Les terrasses de Cassis regardent la mer La montagne Sainte Victoire en été La fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vins La visite de cave reste incontournable Les domaines possèdent des trésors caves Le charme des villages Méditerranéens

Millésime 2011

Année partie pour être précoce par son printemps très chaud avec jusqu’à 3 semaines d’avance, la fraîcheur de l’été a retardé la date de récolte, qui n’était finalement précoce que d’une semaine.

vendanges2011 300x129 Millésime 2011

Cette année encore, le millésime 2011 montre un climat inaccoutumé. Ca et là, sur tout le pourtour méditérranéen, l’hiver a été froid et humide, mais court avec une fin d’hiver hâtive.

Le printemps a été précoce avec un coup de chaud début avril, sec et plus chaud que la moyenne (qui aurait amené les vendanges à la mi-août ! ). De grosses chaleurs vers la mi-mai avec des T° variant de 30 à 35°. Coup de froid surprenant, de 13 à 15° début juin, suivi de pluies intenses et vents forts. Juin alterna températures élevées et fraîches dues à des pluies irrégulières.

L’été fut plutôt humide avec par exemple 25 mm sur Châteauneuf du Pape le 13 juillet, pluie heumout2011 300x300 Millésime 2011reusement asséchée par le Mistral le lendemain. Ce mois a été entrecoupé de périodes tempérées (vent d’ouest et soleil) et fraîches (grêle sur Orange et Courthézon le 26 juillet). De grosses pluies adviennent entre le 6 et 7 août puis 26 août (100mm) avant de laisser un soleil chaud et caniculaire du 19 au 24 entre 36° et 40° avec cependant des nuits fraîches, nécessaires, jusqu’à pratiquement la période des vendanges : la maturité phénolique n’a pas été précoce sur tous les terroirs. Les rendements élevés la retardent. Donc c’était du cas par cas !

  • Rendements bas ou maîtrisés : maturités phénoliques au rendez-vous.
  • Rendements plus élevés : maturités tardives, pourriture et manque de couleur.

Vallée du Rhône

Séverine Lemoine du Domaine de la Rocalière en appellations Tavel et Lirac est très satisfaite du millésime plus chargé que les années précédentes en Grenache noir ( qui ont demandé plus de réflexion et de travail : « Il a fallu être patient et les mériter« ). En dépit des rendements plus importants dus à la floraison efficace, ce cépage n’a pas coulé. La particularité de l’été a préservé les acides. Les sucres ont tendance à être mûrs avant les peaux contrairement aux autres années. Année saine, du fait du terroir drainant et venté. « Le millésime va, me semble t-il, donner un large éventail de produits, où la date et le mode de ramassage (manuel, tri…) auront toute leur importance !

remontage2011 300x300 Millésime 2011Sur Gigondas au Domaine des Bosquets tenu par Julien Bréchet, celui-ci confirme l’aspect tardif des maturités pelliculaires et des sucres, il en résulte de très bonnes acidités. Beaucoup de travail à fournir dans les vignes avec effeuillage total, vendanges en vert et tri sévère (15%). Mais la qualité est là avec de beaux degrés. Sur le même terroir, Jérôme Maillot, chef de culture sur Longue-Toque confirme le niveau qualitatif et insiste sur les variations de maturité selon les terroirs : « ce sera une année de vignerons ».

A Châteauneuf du Pape, les vignerons sont plutôt contents, comme Christian Voeux qui dirige le Château la Nerthe :  » du fait du beau temps de fin de saison, l’état sanitaire a été parfait. Le Grenache, qui n’a pas coulé, était assez productif sur les jeunes vignes, une vendange en vert était parfois nécessaire « . Toujours à Châteauneuf du Pape, Stephan Brun du Domaine Juliette Avril nous informe de la grande disparité des maturités entre le nord et le sud de l’appellation et précise que les vendanges ont duré 3 semaines (10 jours en 2010). Julien Barrot du Domaine de la Barroche précise, qu’en dépit de l’été indien extraordinaire la récolte a été très étalée dans le temps d’où un type de vin plutôt frais et fruité pour les récoltes de début de session ; plus de concentration et de densité pour les vins issus de la deuxième période.

Tout au Nord des Côtes du Rhône méridionales Elizabeth et Marie Laurence Saladin, du domaine du même nom sont très satisfaites. Cependant il a fallu s’adapter, les terroirs à galets roulés ont mieux résisté, il a fallu vendanger en vert grenaches et mourvèdres sur l’argilo-calcaire pour réguler les volumes. Mais lisons Marie Laurence : « La maturité des cépages a été originale et nous a poussé à favoriser les assemblages : les cépages secondaires ont pleinement profité de l’arrière saison ensoleillée. Les syrahs et clairettes rose ont été relativement précoces, les superbes carignan et mourvèdres ont pris leur temps, les grenaches ont demandé des attentions sur mesure, les blancs nous ont époustouflées. »

Languedoc

L’ambiance semble identique : précocité du printemps, fraîcheur de l’été, des vendanges chaudes et ensoleillées. A Aniane, juillet a vu 44mm de pluies alors que la moyenne de ce mois est de 13 mm, la T° d’août fut de 10° (moyenne des T° des journées et des nuits). Ce bilan global est à nuancer selon la proximité de la mer ou de l’altitude. Les volumes sont  les plus importants depuis 2004, sans remettre en cause l’aspect qualitatif.egrappage2011 300x235 Millésime 2011

Chez Daumas-Gassac dans les Terrasses du Larzac, Samuel Guibert, où les vendanges rouges se sont déroulées du 13 au 24 septembre, précise que la lente maturation due aux chaleurs modérées et aux nuits fraîches garantissent l’acidité et la finesse des arômes.

Au nord de Béziers, dans l’appellation Faugères, le Domaine Ollier-Taillefer est satisfait par ce beau millésime plus frais, au mois de septembre ensoleillé : ici aussi les Grenaches ont été plus généreux mais pour arriver à des rendements normaux 38hl/ha contre 29 hl/ha les années précédentes, ils auront plus de croquant et de fruit. D’une manière générale les autres cépages sont superbes ; il a fallu attendre les maturités phénolliques d’où des degrés assez élevés mais l’acidité est là !

Provence

Même son à l’Est du Rhône. On souligne les amplitudes de T° jour/nuit qui favorisent la synthèse des phénols : ce millésime serait plus une année pour les rouges, on bénit le Mistral qui évite les traitements phyto-sanitaires : la conclusion se résume en une maturité des sucres normale avec une maturité pelliculaire supérieure à la normale.

Neil Joyce, vigneron du Château Dalmeran en appellation Baux de Provence, qui produit l’essentiel de ses vins en rouge, considère 2011 proche du style 2007 ! Le Grenache n’a pas particulièrement coulé et il est particulièrement satisfait de l’harmonie des maturités : « il y a couleur, finesse des tannins et acidité ». Il faut dire que cette appellation orientée nord est particulièrement exposée au vent Rhodannien.

Au pied de la Sainte Victoire, Madame Guichot qui dirige le Domaine de Saint Ser, est très contente du millésime. Les Grenaches sont sains, comme les autres cépages. Cela est dû au terroir spécifique en altitude et balayé par le Mistral. Elle précise que les rosés et blancs ont un fruit plus marqué, les rouges assez de puissance, peut être un peu moins d’acidité qu’en 2010.

Dans l’appellation Bandol, on est plutôt positif au domaine Souviou. Même si les Grenache sont un peu moins beaux, le millésime a donné de superbes récoltes, avec des degrés assez élevés. Les rouges auront de la puissance, cependant l’acidité est au rendez-vous : blancs et rosés sont sur le fruit, la puissance et la fraîcheur.

labo2011 300x215 Millésime 2011Conclusion

2011 est un millésime de vigneron et de terroir ! Le Grenache, très coulard, a formé de grosses grappes, pleines et très juteuses (la coulure régule naturellement ce cépage vigoureux) entraînant un rendement supérieur à 2010 de 20%, qui sous l’effet de l’été humide et frais a pu entraîner du brotrytis sur les terroirs profonds et frais. Les vendanges en vert, l’effeuillage et le tri pendant les vendanges ont du être nécessaires selon les appellations. Cela induit des maturités tardives sur Grenache, des couleurs moins marquées. En Vallée du Rhône, les bons terroirs ont fait la différence naturellement ! Dans ce cas, le profil du millésime se rapprocherait de la concentration des 2007 ou 2009.

Commentaires Clos.

Email
Print