Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Henri Bonneau 2000, Clos des Papes 2001 et Réserve 2006 du Clos du Caillou côte à côte

Un évènement dans les verres appelle un évènement dans l’assiette ! Nous avons réuni parmi les meilleurs Châteauneuf du Pape, sur des millésimes dépareillés, pour jouer nous avons décidé de comparer le goût des races bovines sur des côtes à l’os.

La dégustation a eu lieu de 27 novembre 2011 – Les vins ont été dégustés dans l’ordre suivant 1 Clos des Papes 2001 (sans le carafer), 2 H Bonneau 2000 (sans le carafer), 3 Réserve Clos du Caillou 2006 (passé en carafe plus d’une heure).

3 beaux millésimes sur la table :

  • 2000 : T° moyenne de l’année : 15,1 – ensoleillement : 2756 h – pluie : 793 mm – Mistral : 79 jours – été aux chaleurs très homogènes, pluies sans excès (82 mm) pendant les vendanges.
  • 2001 : T° moyenne de l’année : 14,8 – ensoleillement : 2835 h – pluie : 676 mm – Mistral : 99 jours – chaleurs très homogènes, pluies sans excès (85 mm) pendant les vendanges.
  • 2006 : T° moyenne de l’année : 15,3 – ensoleillement : 2929 h – pluies : 539 mm – Mistral : 98 jours – chaleurs très fortes en juillet, moins en août, 186 mm de pluies.

Le Clos des Papes 2001 provient de vignes de plus de 50 ans, la vendange est éraflée, pas de filtration, élevage pendant 15 mois en foudre.  65% : Grenache noir, 20% : Mourvèdre, 10% : Syrah, 5% : Vaccarèse + Counoise + Muscardin. Alcool : 14%. Intensité colorante moyenne, belle brillance, robe rubis brunissant. Le nez est très élégant, belle intensité. Senteurs de cerise confite, de prune, des épices (poivre, cannelle), du sous bois (humus, feuilles sèches) avec une notion de fraîcheur aérienne. La bouche est superbe, dense et soyeuse. La puissance ne semble pas être là tant l’équilibre est parfait. Le grain des tannins glisse et laisse un souvenir incroyablement long. Très épicé, les arômes de noyau, de sous bois, de cendre se combinent avec des saveurs balsamiques. Fin très fraîche, le gagnant de la dégustation. Le grand style classique de Châteauneuf !

Le Henri Bonneau 2000 est issu de vignes de 30 ans environ, la vendange n’est pas éraflée, pas de filtration, élevage pendant 36 mois en foudres et barriques vieilles.  65% : Grenache noir, 10% : Mourvèdre, 10% :  Syrah, 15% : Vaccarèse, Counoise, Muscardin. Alcool : 14%. Intensité colorante moyenne, un peu plus marquée que le 2001. Beau rubis flamboyant avec de belles nuances d’évolution. Le nez est assez fermé, un peu décevant. Des notes d’encens, de noyau de cerise, d’épices, de prune confite, de tabac et de feuille morte. La bouche est fine, attaque très souple, belle sensation balsamique avec un toucher de velours. Arômes de sous bois, mais le fruit n’est pas au rendez vous. Belle acidité finale, ce vin possède un charme austère, on s’attendait à plus de panache ! Un beau classicisme.

Le Réserve 2006 du Clos du Caillou est composé de vignes de plus de 50 ans, la vendange est éraflée, pas de filtration, élevage pendant 18 mois  en demi-muids et barriques neuves .  60% : Grenache noir, 20% : Mourvèdre, 20% : Syrah. Alcool : 14,5%. L’intensité colorante est forte, nuance rubis foncé, assez brillant. Le nez se développe progressivement, le carafage lui a été bénéfique. Le fruit noir mûr, les épices, écorce d’orange confite, la réglisse, des notes boisées avec une touche de sucrosité. La bouche est très puissante, ample et dense, les tannins sont très fins mais très présents. Superbe équilibre, pas de lourdeur. Les arômes sont confiturés, sur le fruit noir, l’olive noire, la suie, le noyau. La finale est sur la garrigue, bien soutenue et fraîche. Grand vin de style moderne.

Parallèlement, un autre concours a eu lieu, la comparaison entre 3 côtes à l’os (le même poids, même épaisseur, même cuisson…) : Salers, Charolais et Aubrac. Les viandes offrent une variété de goûts et de textures assez large. La Charolaise avait un goût marqué et une texture plus fibreuse que les autres, l’Aubrac, très juteuse avec une texture fondante, la Salers, presque sucrée avait le toucher le plus fin et délicat, c’est cette dernière qui, presque  à l’unanimité (4 voix contre 2) a remporté le concours.

Conclusion : Inutile de préciser que toutes les viandes ont parfaitement correspondu à tous les vins. Imaginez Le Clos des Pape sur L’Aubrac, Le Bonneau sur la Salers, à moins que la préférence se porte sur Clos du Caillou sur Charolais. Il faut parfois rester simple…..

Commentaires Clos.