Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Verticale Beaumes de Venise du Château Redortier et Cocido madrilène

Beaumes de Venise est une appellation qui bénéficie depuis peu du titre de Cru. Comme Gigondas, cette appellation bénéficie de l’effet positif de l’altitude et de nombreuses nuances géologiques : nous avons tout intérêt à nous y intéresser !

Dégustations des Beaumes de Venise du Château Redortier dirigé par Isabelle de Menthon : vins dégustés le 2 mars 2012

Terroir et Millésimes

2005 : Très bon millésime, structuré, ferme, profondeur. Hiver un peu humide et tardif. les chaleurs n’arrivent pas avant fin mai. Eté chaud et sec. Début septembre chaud avec une bonne pluie. Année sèche avec environ 560 mm de pluie. Maturité phénolique parfaite, très petits  volumes. 60% Syrah, 40% Grenache noir –  Alcool : 14% – Intensité colorante assez forte, belle robe profonde rubis – nez épicé, de cerise confite, de noyau, des petits fruits noirs, nuances tapenade, de la garrigue, senteurs viandées. Belle attaque en bouche, puissante mais très ronde, les tannins très présents sont denses et serrés avec un touché plutôt velouté. Belle densité d’ensemble, le vin est très cohérent, puissant mais pas massif, sensation surprenante de légèreté. Finale sur le fruit noir crémeux, le Corinthe, et toujours ce poivre qui domine l’ensemble. Bonne longueur.

2006 : Bon millésime, juteux et en rondeur. tannins plus laches, « année Grenache ». Hiver sec, avril assez chaud qui a induit un peu de coulure, floraison plus fraîche. Mistral. Juillet très chaud, août presque froid, 2 pluies début septembre qui ont retardées la date de cueillette. Vendanges ventées. Année sèche avec environ 600 mm de pluie, arômes ouverts et généreux, petits volumes. 60% Grenache noir, 40% Syrah – Alcool : 14% – Intensité colorante moyenne, nuance chatoyante. Le nez est très séducteur de cerise mûre et d’épices. Les fruits noirs ensuite avec de la garrigue et des notes de cire. Très poivre puis nuances florales. La bouche est voluptueuse, assez grasse avec des tannins très fins et tapissants. Le style fluide et caressant est un réel plaisir. La cerise domine avec le poivre, mais des notes d’orange confite, de réglisse et de cuir complètent l’ensemble.Très charmeur et très Grenache, ce vin termine son évolution sur des touches de fraise, de poivre et de caramel avec une bonne persistance.

2007 : Très bon millésime, structuré et qui a de la réserve. Hiver froid et sec printemps assez chaud, juin humide ce qui a permis de traverser les chaleurs estivales (sans excès), année très venteuse, surtout les périodes avant les vendanges : récoltes sous de bonnes conditions. Année sèche avec environ 500 mm de pluie, petits volumes. 60% Grenache noir, 40% Syrah – Alcool : 14% – Première année à vinifier avec délestage et micro-oxygénation. Intensité colorante forte, rubis avec encore des nuances bleuté. Nez épicé  (poivre blanc) et de fruits à noyau (cerise, prune), notes florales. La bouche est ample, riche avec beaucoup de rondeur. Les tannins sont encore un peu droits, légèrement secs et très denses. Cette touche légèrement virile se combine bien avec le gras et la fraîcheur du terroir. Les épices dominent avec la cerise confite, le laurier et la garrigue. Très bon équilibre « tonique » avec une finale élégante salivante et saline avec des notes fruitées et florales

Le Cocido madrilène :  C’est le plat castillan par définition. Rustique et goûteux, ce plat correspond au pot au feu français. La base en est les viandes dont principalement du lard salé (mais aussi du poulet, du boeuf et du chorizo) et les pois chiche accompagné de chou, carotte et pommes de terre. Une longue cuisson (3h environ) pour extraire un bouillon concentré et intense. Dans un deuxième temps, viandes et légumes sont servit. Plat d’hiver, nourrissant et riche en saveur, c’est une gastronomie familiale simple et conviviale.

Pour conclure : Le cocido est d’une facture simple mais aux saveurs intenses : il faut des vins sans trop de tannins mais disposant suffisamment de caractère pour ne pas subir le fond prégnant pois chiche/chou croisé avec la dominante salé du lard et le goût typé du chorizo. Les Beaumes de Venise de la famille de Menthon sont puissant, comme de nombreux vins base Grenache, mais grâce à la typicité du terroir, la fraîcheur et les tannins fins mais constants structurent une heureuse harmonie gustative. De plus la note poivrée permanente souligne l’accord en renforçant la sensation à la fois de puissance et de fraîcheur.

Commentaires Clos.