Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Condrieu 2009 d’E Barou et foie gras mi-cuit au poivre

Le foie gras appelle traditionnellement les vins doux ou liquoreux, qui risquent de charger la bouche en début de repas. Cette association classique et bienvenue peut trouver des alternatives avec d’autres types de vins secs mais ayant suffisamment de de corps et de texture pour convenir à ce goût puissant du foie gras.

Des Bourgognes blanc, des Châteauneuf du Pape, certain vins du Languedoc (domaine de Cazeneuve par exemple), la liste est large. Condrieu fait partie des blancs possibles sur une telle association.

Dégusté le 15 janvier 2012  – AOC Condrieu – vigneron : Emmanuel Barou – cépage : 100 % viognier – alcool : 14% – 12 heures de macération pelliculaire – fermentation alcoolique en barriques, température contrôlée à 20°. L’élevage est de 9 mois en fûts de chêne dont la 1/2 en fûts neufs avec  bâtonnage tous les 15 jours. Belle couleur jaune paille foncé, très brillant. Le nez présente des notes intenses de fruits à chair jaune : pêche au sirop, abricot frais, des notes florales arrivent aussi, je jonquille. Un boisé un peu crémeux plane sur l’ensemble avec élégance. Sensation finale de végétale froissé comme la coriandre fraîche : très grande richesse olfactive. La bouche est très large, beaucoup de gras mais  jamais de lourdeur. Les arômes de fruits jaunes sortent immédiatement et persistent. En milieu de bouche, un toucher minéral apporte du relief à cette texture très suave. Moins floral, des notes de beurre frais, d’arachide fraîche se manifeste avec une fine amertume pas désagréable. Très long, des notes boisées reviennent accompagnées d’autres d’abricot. Superbe.

Avec le foie gras : ce met central de la gastronomie française, se caractérise par une texture fondante et grasse, et une association entre le sucré et l’amer. Il faut des vins pas trop durs (ni tannins, ni acide) pour ce plat. Le vin doit cependant être capable de supporter l’intensité aromatique du foie. A l’essai, le Condrieu d’Emmanuel Barou s’est montré à la hauteur : le gras du vin a enveloppé l’onctuosité du foie sans pour autant  développer son registre aromatique. Cela laissait champ libre au foie qui libérait tout son potentiel de saveurs. Le vin par contre, par sa touche minérale et légèrement boisée finissait bien la bouche et la remettait joyeusement en place pour continuer. L’autre grande association du Condrieu est le fromage de chèvre, nous avons donc poursuivit avec des chèvres du Languedoc, mi-sec et crémeux. Comme avec la Rigote de Condrieu, le vin a fait merveille et a révélé tout son potentiel et sa richesse.

Commentaires Clos.