Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Mèze petit port sur l’étang de Thau au carrefour des crus du Languedoc

Petit port et station sur le littoral Languedocien, Mèze est riche de sa gastronomie liée à l’étang et de ses vins dont le Picpoul de Pinet !

10749 habitant en 2009

Mèze est a 15,5 km d’Agde, 7 km de Sète et 30,5 km de Montpellier.

Une riche histoire : sur la voie maritime qui longeait la voie Héracléenne crée par les Grecs.

Selon le géographe latin Pomponnius Mela, Mesua était une colline entourée d’eau. La zone de Mèze était peuplée par des populations Celtes-Ibères.

C’est sur le site de la chapelle des Pénitents que l’on a retrouvé des traces des Phéniciens, datant du VIIIème siècle av. J.-C. Cette civilisation donna son nom à la ville Mansa : hauteur d’où s’élève une fumée. La ville fut crée dès le VIème siècle av. J.-C, avec la présence d’un port.

En  49 av. J.-C, le territoire de Mèze devient Romains : riche et prospère durant la Pax Romana. La vigne et l’olivier se développent. La ville se situe non loin de la Via Domitia qui relie l’Italie à l’Espagne.

Au du IXème siècle, un système féodal qui se met en place profite à Mèze avec la création d’une seigneurie qui disparaitra avec la croisade des Albigeois, la ville devient dépendante de l’évêque d’Agde. La vie économique se résume entre l’agriculture et la pêche, le commerce n’est plus florissant.

Pendant les temps troubles des guerres de religion, Mèze reste fidèle au roi donc catholique : la ville fut 2 fois assaillie et pillée. Une ère de prospérité au XVIIème dure jusqu’au XIXème siècle, la rixhesse viendra des distilleries et de la tonnellerie (trois cents tonneliers pour 20 entreprises) qui emploieront jusqu’à 1200 ouvriers puis la batellerie. Mais Mèze, grâce à son port de commerce rétablit son activité marchande. La Révolution à Mèze ne  changea que peu de choses, la ville resta au XIXème siècle un grand centre d’activité en Languedoc.

En 1710, le vignoble est replanté de Picardant et de Muscat donnant des vins réputés outremer. L’autre spécialité était la « Passerille » : raisin sec macéré dans de la saumure jusqu’à Pâques, consommé comme dessert à la table du roi. Mèze compte 7000 habitants en 1867. Au début du  XXème siècle, Mèze se maintient au rang des grands ports de commerce grâce à la pêche, au négoce du vin, aux distilleries, aux tonnelleries et  à la batellerie.

Vers 1930 pour avoir été exclue des axes ferroviaires, la tonnellerie va perdre tout son dynamisme et complétement décliner pour s’installer à Sète.

Après la deuxième guerre mondiale, l’exode continue, la population passe à 4000 habitants en 1946. L’activité du port disparait, seuls l’ostréiculture et la production de vin avec le tourisme, vont permettre à Mèze de croître à l’ombre de Montpellier.

  • Les abords de l’étang hébergent les terroirs produisant la seule AOC 100% blanc du Languedoc : Picpoul de Pinet.
  • Plus au nord, autour de Pézenas on trouve le beau terroir basaltique de Pézenas.
  • Plus au nord et à l’ouest, se trouve l’appellation Faugères.

Commentaires Clos.