Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Coq au vin et domaine de la Côte de l’Ange 2004.

Le coq au vin est une recette emblématique de la gastronomie française : il appelle des vins assez puissants mais ayant une certaine fraîcheur pour ne pas alourdir le palais.

Le Domaine de la Côte de l’Ange fait 15 ha en Châteauneuf du Pape (1ha de blanc seulement) et 4 en côtes-du-Rhône. Le lieu-dit Côte de l’Ange est composé d’argiles particulières, « gluantes » lorsqu’il  pleut mais qui sèchent très rapidement ! D’autres terres sur Pradelle et la Nerthe.

La Côte de l’Ange donne des vins sur la fraîcheur et acidité, chose toujours bienvenue dans les zones Méditerranéennes ! Le style du domaine reste d’aspect traditionnel, en évitant les excès de concentration de certains vins dits de style « moderne » !

2004 : température moyenne de septembre jour 26°/nuit 14,4°. Eté chaud normalement avec 51 jours supérieurs à 30°. Insolation : 2846 heures. Précipitations annuelles : 519 mm dont 20 mm en septembre (169,5 en août !). Jours de Mistral : 113. Année considérée comme plutôt difficile avec un été médiocre : moins de concentration et plus d’acidité.

Domaine de la Côte de l’Ange – vigneron : Yannick Gasparri – Grenache noir : 70%, Syrah : 20%, Mourvèdre :10%. Alcool : 14%. Vendange égrappée, vin non filtré, élevage 12 mois en foudre. Intensité colorante moyenne, couleur rubis avec des reflets un peu brunissants. Le nez exprime de jolies notes épicées de poivre blanc, de Séchouan, de girofle, de griotte et de kirsch, d’écorce d’orange confite. L’attaque en bouche est fraîche et dynamique. Les tannins sont un peu droits sans volume particulier. La griotte,  les épices et l’orangette constituent la trame aromatique et laissent une bouche joyeuse, sans trop de complexité. Belle fraîcheur mentholée en finale.

Association met et vin : le coq au vin propose une gamme de saveurs puissantes et riches : le sucré des oignons/échalotes/carottes fondu dans la sauce concentrée ; le juteux des champignons, le fumé et le salé des lardons, les épices et aromates nombreux. La sauce très puissante accompagne la volaille qui oscille entre une texture sèche des blancs et moelleuse de la peau.

De belles interactions ont été observées avec ce vin, surtout dans le domaine épicé. Son caractère rafraîchissant a parfaitement correspondu en calmant les ardeurs du plat. La petite sécheresse s’est évanouie avec l’onctuosité des chairs et de la sauce. Le fruit griotte donnant une petite touche gourmande à l’ensemble. L’accord fonctionne très bien. Il faudrait s’en assurer, mais il me semble qu’un Châteauneuf de style plus moderne sur un millésime solaire comme 2007 ou 2009 pourrait moins convenir. A vérifier !

Commentaires Clos.