Chemins Vignerons

A la découverte des vignobles du soleil

LChateauneuf du Papes en hiver, une opportunité pour profiter de ses crus !Les couleurs explosent au printempsAvant de déguster, la visite des vignes sLes terrasses de Cassis regardent la merLa montagne Sainte Victoire en étéLa fausse roquette exsude des senteurs miellées Les Dentelles de Montmirail : beaux paysages et bons vinsLa visite de cave reste incontournableLes domaines possèdent des trésors cavesLe charme des villages Méditerranéens

Lirac blanc La Rocalière 2011 et fruits de mer cuits

Les vins blancs Méditerranéens n’ont pas l’acidité des blancs du nord, mieux vaut éviter les fruits de mers crus. Avec des couteaux, des escargots et moules cuits les associations se placent sur autre chose que le jeu classique de la minéralité et de l’acidité.

Le terroir de Lirac, en rive droite du Rhône, est très ensoleillé et venté. On y trouve les 3 couleurs, les blancs sont bien souvent méconnus.

Le Domaine de la Rocalière est dirigé par Séverine Lemoine, elle y travaille ses vignes sur 3 types de sols : villafranchien, lauzes et sablonneux. Seulement 1,5ha de cépages blancs parmi Tavel, Lirac rouge et Côtes du Rhône (sur une surface totale de 50 ha ). Dégusté le 23 février 2013 – vigneronne : Séverinne Lemoine – cépage : Grenache blanc : 80%, Clairette : 20% – alcool : 14%.

Couleur jaune doré intense, très brillant. Le nez est précis et délicat, sans montrer des concentrations impressionnantes, ce vin exhale des notes nuancées de pamplemousse jaune, d’écorce de citron, de fleur d’acacia, de fruit à chaire blanche, de cire, de gingembre en poudre dans une succession harmonieuse. La bouche est fluide, superbe texture avec un gras pas trop proéminent à notre surprise. Cela donne une très belle tension, soutenue par un grain minéral et une acidité finale qui prolonge très bien ce Lirac lui donnant une sensation de continuité. Saveur de citron, de poire au sirop puis de cire d’abeille. Finale aux notes d’ananas confit et de graine d’anis. Vin de style longiligne.

L’accord des coquillages avec le vin : Les moules simplement cuites dans leur jus, se sont montrées assez dominantes avec leur goût marin intense, mais il n’y a eu aucun antagonisme. Les escargots de mer, cuits au court-bouillon, furent mieux acceptés par le vin, là aussi pas de faute majeure ! La grande réussite s’est réalisée sur le couteaux, simplement poêlés, aux saveurs proches de la coquille St Jacques, les arômes de cire, de poire et d’agrume ont réellement créés une symbiose très charmeuse. Le complément de brandade de morue fut une réussite (plus classique) sur ce vin.

 

Commentaires Clos.